TORTURE LES DONNÉES, JUSQU’À CE QU’ELLES CONFESSENT.

Le 2 mai dernier, j’ai eu le plaisir d’assister à l’atelier sur la vie privée en commerce électronique, à l’Université de Montréal, sous la direction de madame Esma Aïmeur. Vu la nature des données impliquées dans les sites de commerce électronique, il est important de les protéger. En effet, des informations stratégiques peuvent en être extraites et utilisées à mauvais escient. La citation qui représente plus cet aspect est : « Torture the data till they confess».

Le premier orateur, Alfred Kobsa de l’Université Irvine de Californie, a présenté une excellente étude empirique qui démontre que le fait d’expliquer aux utilisateurs pourquoi des données privées leur sont demandées augmente le nombre de ventes. En plus, l’étude prouve que les acheteurs sont prêts à payer plus cher pour des sites qui respectent la vie privée.

Ensuite, Mikhail Atallah, de l’Université Purdue, a expliqué la difficulté de la protection de la vie privée dans un environnement collaboratif. Pour ce faire, il a donné l’exemple du problème des deux millionnaires. Supposons qu’Alice et Bob sont deux millionnaires qui veulent découvrir qui d’entre eux est le plus riche sans rendre public le montant précis de leur fortune respective.

Le dernier conférencier, et non le moindre, du conseil national de recherches Canada, est Larry W. Korba. Ce dernier a présenté une remarquable application, développée par son équipe, capable d’identifier et de localiser les données privées et de retracer leur cheminement.

ZZ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *